Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le p'tit conseil naturel

Widgecolo tout sur le bio

Publié par ADD

Elle n'appartient plus aux cul-terreux depuis un bon moment déjà. Nous le savons fort bien. Jadis, les paysans cultivaient la terre avec amour et respect, car ils se savaient  dépendants d'elle dans une très large mesure. C'est une question de bon sens et non pas d'instruction prolongée. De nos jours, on exploite la terre comme on abuserait des forces d'un esclave : jusqu'à l'usure, jusqu'à la dernière goutte. Les hommes qui travaillent la terre ne s’embarrassent plus de lui redonner ne serait-ce que le dixième de ce qu'elle leur procure. Ils ne la laissent pas au repos et ne la fertilisent plus puisque la chimie permet de faire des miracles et de faire "marcher" cette terre, si nourricière, au pas. Jusqu'à quand?

L'écologie n'appartient pas non plus aux hommes et femmes politiques qui en ont fait une religion jusqu'à faire détester tout sujet lié à l'environnement au plus naturel des hommes, pendant que, eux, font dans la politique politicienne dans une logique d'appareils stérilisante, inscrits qu'ils sont dans une stratégie de prise et de participation au pouvoir, même si, pour cela, il faudrait renoncer à ses belles utopies en vendant son âme au plus offrant. Finalement l'écologie ne leur sert que de marchepied pour arriver à leur fin.

Mais à qui donc appartient l'écologie? C'est tout simple. Elle vous appartient à vous et à moi. Elle appartient à tous les citoyens anonymes ou connus, regroupés dans des associations ou non, soucieux du cadre dans lequel ils vivent au quotidien, du contenu de leur assiette, de l'air qu'ils respirent, de la déforestation qui les agresse, de leurs rivières qu'ils ne peuvent plus fréquenter, etc, etc.

Seuls les anonymes qui, contrairement aux uns et aux autres, sans intérêts et sans ambitions particuliers, sont à même de mener les combats d'aujourd'hui qui s'imposent, énormes et difficiles, pour freiner ce mouvement infernal d'apparence irreversible mais qui, à regarder de trop près, est capable d'être battu en brèche parce que des alternatives existent bel et bien. Il suffit de se donner la peine d'aller les chercher.

Mais à qui donc appartient l'écologie?

Commenter cet article