Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le p'tit conseil naturel

Widgecolo tout sur le bio

Publié par M.-C. V.

Cernés de toutes parts, ils ne savent plus où aller ni comment y aller. La multiplication des grands axes routiers dans cette Europe du début du 21ème siècle a fini de parceller leurs territoires. Si la famille renard veut aller rendre visite aux cousins qui habitent de l'autre côté de la colline, elle est amenée obligatoirement à traverser une route à deux voies. Si Madame de la Hérissonne veut partir chercher des œufs dans la forêt pour changer l'ordinaire fait de lombrics et autres chenilles, elle se doit d'enjamber, c'est un euphémisme, la route nationale. Si les canetons à la queue leu-leu derrière leurs parents décident d'aller au bain dans l'étang tout proche, ils n'ont guère le choix que de couper par la voie rapide dans toute sa largeur pour s'y rendre. Tout ce beau monde et bien d'autres espèces, subissent quotidiennement une hécatombe dans leurs rangs à cause du développement humain irréfléchi qui, sans états d'âme, n'hésite pas à empiéter sur leurs territoires. Chaque matin, les abords de routes sont jalonnés de cadavres d'animaux tués par des chauffards pressés ou étourdis. Pourtant, des solution, moyennant quelques investissements supplémentaires, existent afin de permettre au plus grand nombre de rester sur des territoires unifiés via des connexions, comme la constructions de passerelles ou de tunnels, exactement comme pour les êtres humains. En attendant, tous ces animaux sont des morts en sursis. À quand le changement?

Des cadavres encerclés.

Commenter cet article