Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le p'tit conseil naturel

Widgecolo tout sur le bio

Publié par Ghania BOUMEKOUZ

coupe

 

Il y a deux façons de réaliser un herbier : En utilisant la méthode traditionnelle, que je n'encourage pas, qui consiste à prélever des plantes et des fleurs dans leur milieu naturel, les sécher ensuite entre deux feuilles de journa,l avant de les coller sur des feuilles de bristol. Il y a l'autre façon; plus écologique et soucieuse de la protection de la flore, tout en permettant d'atteindre les même objectifs. Cette dernière nous évitera de cueillir les végétaux et de réaliser des herbiers à la manière classique du terme, en nous contentant de collecter les plantes de  nos montagnes en les dessinant ( ce qui aiguisera notre sens de l'observation ), ou bien en les photographiant tout simplement.

C'est seulement à ce niveau que s'arrête la différence des deux procédés. Car une fois ce travail de collecte réalisé, la première chose à faire est de noter systématiquement, pour chaque espèce, sa famille botanique, la date et le lieu de récolte ( décrire le milieu où elle pousse avec minutie )...

 

Pour pouvoir identifier chaque plante observée par son nom, il est conseillé de vous munir d'un guide de botanique. Grâce à l'observation de la forme et de la disposition des feuilles et des fleurs, vous parviendrez à faire la différence entre des espèces qui, au premier abord, vous paraîtront semblables. Prenez les photos en gros plan, mais si vous avez des dons pour les croquis, munissez-vous d'une loupe pour pouvoir reproduire les fleurs avec exactitude.

Une fois rentrés, vous vous attacherez à un travail de classification par la création de fiches et d'albums comme dans l'exemple suivant :

eperviere.jpg
- Nom commun : Épervière velue

- Nom scientifique : Hieracium villosum

- Famille : Astéracées

- Habitat : Montagne, sur éboulis, terrain calcaire, altitude1500 m

- Date de prélèvement :

- Description : Tige peu ramifiée, plante pourvue de longs poils blanchâtres, taille 15 cm, fleur jaune, bractées externes larges...etc

 

 

Maintenant, certains vont sûrement se demander pourquoi se donner tant de mal pour connaître la flore. C'est justement pour mieux la connaître. Et ensuite? Diriez-vous en bon montagnard. Eh bien, c'est pour que, en plus du scientifique, chacun, y compris le citadin, se sente concerné par l'étude et la connaissance des plantes, pour la simple raison que ces dernières sont à la base de la chaîne alimentaire, rentrent dans l'alimentation humaine et animale, la fabrication de médicaments, de produits cosmétiques et de tissus, et enfin dans la composition de pratiquement tous les produits agro-alimentaires qui sortent des usines. 

En plus de l'intérêt économique des plantes, protéger cette florepour le plaisir des yeux et des sens, tout simplement, peut-être un argument de taille pour chercher à faire sa connaissance.

Commenter cet article