Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le p'tit conseil naturel

Widgecolo tout sur le bio

Publié par Ali Birouni

De n'avoir pas su avancer, chez moi l'homme s'est défait doucement doucement, mais sûrement. Les causes en sont multiples, et il ne sert vraiment à rien de s'y attarder. Qui n'avance pas recule? Oh que oui, c'est bel et bien confirmé!

Depuis l'indépendance, que d'occasions ratées pour bâtir un monde tel qu'entamé et rêvé par nos ancêtres! Qu'on se le dise: nous n'aurons plus les mêmes opportunités pour construire à nouveau. Ce qui est gaché l'est pour toujours.

 

Et détrompez-vous; les atteintes à l'environnement comme les montre cette vidéo ne sont que la conséquence d'une longue descente aux enfers. La corruption de nos âmes -ou la malhonnêteté intellectuelle-, a engendré la perversion des valeurs et un renoncement à toute action constructive. C'est ce qui explique notre marasme multidimensionnel qui nous plonge de façon vertigineuse dans un gouffre sans fond.

C'est que... quand le sentiment de fraternité n'obéit plus qu'aux règles de la cupidité et se résume  à des relations d'intérêt bassement pécuniaires. Quand le lien d'amitié, si noble, aussitôt noué est aussitôt rompu pour une raison ou une autre, parce que manquant de sincérité. Quand la confiance n'est plus de mise entre deux êtres au destin pourtant si commun, et quand l'individualisme dans son sens le plus étroit, prime et triomphe sur la raison collective, nous en arrivons à toute cette laideur qui, il faut le constater , ne nous offusque plus, car faisant partie d'un contexte que nous pensons - que nous trouvons, que nous voulons - normal.

 

Cependant, nous pouvons relativiser, puisque en ce monde il peut y avoir plusieurs mondes. À chacun d'imaginer le sien pour réinventer le futur dans lequel il pourrait vivre, otages que nous sommes d'un cauchemar qui se conjugue seulement au présent. Le passé n'existe plus et le monde à créer à nouveau. Je lève ma coupe et vous dis : À nos rêves!

                     

Commenter cet article