Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le p'tit conseil naturel

Widgecolo tout sur le bio

Publié par Ghania BOUMEKOUZ.

divers-006.JPG

 

En Kabylie, même si l'eau est abondante, nous sommes une population sevrée de plans d'eau. Lacs, étangs et mares se font rares. Pourtant, nous en rêvons constamment.

Quelle est justement la différence entre une mare, un étang et un lac? Elle se situe uniquement au niveau de leur taille : le lac est plus profond et plus grand qu'un étang, quand la mare est une réserve d'eau de petite dimension, envahie par les herbes. Leur point commun, c'est que tous les trois renferment des eaux dormantes.

 

Quant à la rivière, habitée par une eau courante, son nom change au fur et à mesure de son parcours. Elle est d'abord source, ruisseau, puis torrent de montagne. Elle est ensuite rivière aux eaux calmes serpentant à travers les vallées, avant de se jeter dans un fleuve qui finit dans la mer.

 

Tous les cours et tous les plans d'eau sont ceinturés par de la végétation qui n'est pas sans intérêt pour l'équilibre des milieux naturels. Dans les prairies humides, peupliers, aulnes et saules maintiennent les bords de rivière par les racines. Les roseaux et les iris s'enracinent dans les fonds, et, des fonds marécageux, poussent et remontent vers la surface de l'eau, des plantes aquatiques: nénuphars et autres lentilles d'eau.

 

À regarder de près, une multitude d'insectes vivotent autour des plans d'eau. Certains sont skieurs, d'autres marchent (oh, miracle!) sur l'eau, et d'autres encore tournoient comme des hélicoptères. La majorité d'entre-eux sont carnivores. Quelques autres, comme les limnées, ressemblant à des escargots, sont des éboueurs d'étangs et les éphémères, étranges créatures à la forme de libellules, ne vivent que quelques heures...

 

divers-046-copie-1.JPG

 

 

Dans les rivières et les lacs, vivent aussi des poissons d'eau douce, qui ne sont pas tous les mêmes : si la truite et le brochet vivent dans des eaux fraîches et sont carnivores, les tranches et les gardons, dont nous ne sommes pas sûr qu'ils existent dans nos eaux, sont herbivores.

Les anguilles quant à elles, se sentent bien dans nos eaux chaudes et aiment onduler dans la vase, au fond des rivières.

 

Les rivières, justement, nous en possédons beaucoup en Kabylie, mais leur état, du fait " d'un je m'en foutisme" qui ne dit pas son nom, est lamentable. Pourtant, il suffit de peu pour y remédier. Et nous devons y remédier avant qu'il ne soit trop tard, car il est encore temps.

Les retenues collinaires aussi sont d'importance. Rien que dans la plaine qui va d'Agouni-Gueghrane à Aït-Toudert, on en dénombre cinq (5) sur une distance de 10 km. Conçues à l'origine, vers la fin des années 80 début des années 90, pour encourager la mise en valeur de terres agricoles à l'abandon parce que enclavées, elles sont réparties tout autour et à la périphérie immédiate du Djurdjura. Aujourd'hui, elles profitent grandement au maintien de la richesse faunesque des lieux, comme elles contribuent à créer et installer des îlots verdoyants dans la rudesse des paysages estivaux.

 

divers 017

 

 

djurdjura2012-309.JPG

 

 

Créer une mare dans son jardin est le moyen le plus efficace d'aider la petite faune à se constituer et à se développer.  Si vous voulez le faire, cette brochure pourrait vous aider à la réaliser :  link

 



Commenter cet article