Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le p'tit conseil naturel

Widgecolo tout sur le bio

Publié par Ali Birouni.

chemin-de-randonnee.jpg

( ci-dessus une indication de l'itinéraire: en jaune, la tracé aller et en vert le sens du retour)

Afin de mettre fin à notre série d'articles sur les sentiers de randonnée dans le Djurdjura, nous vous parlerons aujourd'hui d'un cas possible et concret de sentier pédestre à aménager: celui de Taguemount-Talweht-Asfis-Tebbud-Taguemount dans la région du massif de Kouriet, que nous appellerons pour la circonstance " la boucle d'Asfis".

Pourquoi "la boucle d'Asfis"? Présentement, parce que c'est celui que nous connaissons le mieux, qui s'y prête le plus et qui est facilement aménageable.

En plus de l'aménagement des sentiers, il y a des investissements annexes à réaliser pour rendre le tout opérationnel. Il va de soi que la création d'un sentier de randonnée qui serait fréquenté par des centaines de touristes et de curieux, demande la réalisation d'infrastructures supplémentaires à moyen et long termes, auxquelles il faudrait réfléchir en amont:

 

  • Construction de toilettes publiques au moins à deux endroits du        parcours ( Asfis et Lbarj par exemple).
  • Aménagement d'un parking sécurisé (gardé) public ou privé.
  • Ouverture d'un point postal.
  • Un dispensaire fonctionnel où pourraient être prodigués les premiers soins.
  • Création d'un camping au minimum.
  • Création d'aires de jeux pour les enfants à des endroits ombragés.
  • Mise en place et organisation d'une hôtellerie ( plusieurs formules pourraient être envisagées).
  • Création d'un point d'accueil et d'information, carterie, souvenirs...
     

Pour mener à bien un tel projet qui nécessiterait des moyens humains, matériels et financiers importants; il faudrait l'implication des acteurs suivants, chacun dans son domaine de compétence:

a- Les
associations et comités de villages
b- Le P
arc National du Djurdjura
c- La commune et ses services techniques
d- La wilaya à travers ses directions de l'environnement, des forêts, du tourisme, de la   jeunesse et des sports, de la culture...
e- La communauté expatriée...


La gestion directe d'un sentier de randonnée ne peut être prise en charge que par les services municipaux et le parc national du Djurdjura qui en assureraient la publicité et qui, en contrepartie, pourraient prélever un droit de passage symbolique ou effectif qui leur permettrait de mener à bien leur mission d'accompagnement et de rendre possibles d'autres initiatives.

bretagne hiver09 022 

Infos supplémentaires sur la création et la gestion d'un sentier de randonnée: link

Commenter cet article

Le Breton des Ouadhias 20/04/2010 08:47



Ce serait une excellente initiative qui demande des moyens humains et financiers importants. Pour ces derniers, j'ai bien peur que dans la conjoncture économique actuelle les différentes
catégories concernées ne puissent satisfaire vos désirs. De plus y aura-t-il encore une volonté politique pour la réaliser sachant que déjà les instances onusiennes ont détourné pour une autre
région une somme asez considérable destinée initialement à la wilaya de Tizi pour réaliser des infrastructures de traitement des déchets ?



Ali Birouni 20/04/2010 12:23



Bonjour Ernest,


Nous ne pensons pas que c'est dans les missions de l'ONU de détourner un projet d'une région à une autre à l'intérieur des frontières d'un pays souverrain. Ceci dit, des projets
détournés d'une région à une autre pour des histoires de rapport de force, nous pouvons en citer des dizaines. Mais tu nous entraines sur un terrain politique, et ce n'est pas la vocation de
cet espace. Car, comme les paysans, nous ne faisons que semer des idées dans l'espoir de les voir germer un jour, sans tenir compte des aléas conjoncturels, qu'ils soient climatiques ou
politiques. Et nous sommes persuadés que c'est dans les moments difficiles, quand les structures de l'état sont démssionaires que les citoyens se doivent d'être inventifs, solidaires, en
conjugant leurs efforts pour mettre un terme à la fatalité. L'histoire et l'évolution de ta région - la bretagne- pour arriver au stade de développement qu'elle connait de nos jours (
en tous point similaires à ce que vit la mienne aujourd'hui), n'est que trop parlante.


Nous consacrerons, comme à l'accoutumée, le mois de juin prochain à la thématique de la production de déchets et de leur traitement.


Merci de ta visite et toutes nos amitiés.