Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le p'tit conseil naturel

Widgecolo tout sur le bio

Publié par Ali Birouni

"C'est toute la Kabylie qui est plongée corps et âme dans l'insalubrité" nous dit à peu près D. Messaoudi. " Il ne sert à rien d'avoir la tête dans le ciel quand on a un caillou dans le soulier" nous écrit un autre.


À notre ami Messaoudi, nous dirons que oui, le constat est révoltant, l'échec infini. La situation est à vous démoraliser le plus optimiste des hommes et la plus sage des femmes, elles qui savent pourtant garder leur sang froid en toute circonstance. Mais au point où nous en sommes, pourquoi renoncer et à quoi bon renoncer d'ailleurs? C'est en faisant face et en relevant les défis que nous nous sommes imposés que nous redonnerons un sens à notre vie. Il n'y a pas de fatalité, car nous pouvons nettoyer d'une main ce que nous avons sali de l'autre. Le chantier est gigantesque? Tant mieux, dirions-nous, ça nous occupera utilement tout en nous éloignant du  même coup de la platitude quotidienne. De quoi se plaint-on? Je ne sais plus qui a dit que la vie n'était pas qu'un long fleuve tranquille. Eh bien nous en avons la confirmation, et les soubressauts d'aujourd'hui ne sont rien à côté de ce qui nous attend si nous passons notre temps à ne faire que dénoncer. À nous de retrousser les manches pour reconquérir notre part de rêve et reconstruire de nouveau.

 

À l'autre ami, nous répondrons qu'il ne s'agit pas uniquement d'une "hadjra f'essebat" mais d'un vrai rocher. Mais là où nous divergeons avec lui, c'est quand il pense que nous ne faisons que fantasmer. Non monsieur, c'est parce que nous sommes conscients de la réalité cauchemardesque que nous nous attelons, bien maladroitement à travers cet espace, à réunir les conditions d'une prise de conscience citoyenne. Le rêve n'est pas à l'ordre du jour, il viendra seulement couronner nos efforts le jour où nous cesserons de regarder derrière nous et sur les côtés. Trêve de discours donc!

Notre action doit être résolument inscrite dans la durée, tournée vers l'avenir parce que nous sommes véritablement au milieu du gué et la crue menace de nous emporter. Sinon que faire d'autre l'ami?

 

Une chose est certaine, avec ou sans le concours de l'état, nous avons en nous les moyens de nous en sortir. Les hommes et les solutions existent, il nous manque juste cette capacité qu'il nous faudrait pour nous surpasser, dépasser nos différences, voire nos divergences, pour nous donner la main le temps de dégager des perspectives prometteuses et rassurantes pour les générations suivantes.


Là où il manque une association pour prendre en charge une problématique collective, il faudrait en créer trois. Là où l'état fait défaut parce que démissionnaire, incompétent ou tout simplement absent, chaque citoyen devrait penser  à s'imposer des règles draconiennes faites seulement de bon sens. En effet, il n'est nul besoin d'être très instruit pour pouvoir faire la part des choses, séparer la bonne action , le bon geste, du mauvais.

 

En me relisant, je me rends compte que cet article part dans un autre sens : il était question pour moi de parler de la montagne, de toutes les précautions dont nous devrions nous attacher dans notre relation à elle, des possibilités d'un développement intelligent, du rôle de l'état et des citoyens, du rôle qu'ont à jouer les communes... Qu'a cela ne tienne, nous reprendrons le sujet une autre fois, nous avons tout le temps.

 

Je voudrais juste rappeler que le Djurdjura était appelé Mons Ferratus par les romains, c'est à dire les montagnes de fer, fortes et inébranlables, y compris dans notre imaginaire collectif. Cette montagne est pourtant si vulnérable, il suffit juste de la regarder d'un peu plus près.

 

Rappel:

 

La journée internationale de la montagne a vu le jour en 2003 lors d'une assemblée générale de l'ONU qui a vu la proclamation du 11 décembre, comme journée internationale dédiée à la montagne. Cette journée est le fruit du succès rencontré par l'année internationale de la montagne qui s'est tenue en 2002.

À chaque commémoration, depuis la première année, correspond un thème autour duquel sont organisées de par le monde, conférences et expositions:

 

-En 2004: "La paix: élément essentiel de la mise en valeur durable des montagnes"

-En 2005: " Le tourisme durable pour la réduction de la pauvreté dans les zones montagneuses"

-En 2006: "Gérer la biodiversité en montagne pour une vie meilleure"

-En 2007: "Affronter les changements climatiques dans les zones de montagne"

-En 2008: " La sécurité alimentaire dans les montagnes"

 -En 2009: " Gestion des risques de catastrophe en montagne"

-En 2010: " Les minorités de montagne et les peuples indigènes"

                                            (Infos recueillies sur le site de la FAO: www.fao.org)   

 

journee.jpg

 

 

Commenter cet article