Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le p'tit conseil naturel

Widgecolo tout sur le bio

Publié par Amis du Djurdjura.

À les voir courir dans tous les sens ou faire des aller-retours sans cesse, on pense tout de suite aux transports en commun. " Elle fait le taxi!", s'exclament les enfants kabyles. D'autant plus que les taxis, naguère en kabylie, portaient exactement les deux couleurs de la fourmi, à savoir le rouge et le noir. Couleurs qui, rappelons-le, étaient imposées aux transporteurs des différentes wilayas par un décret émanant du ministère des transports. Tous les jours, on assistait à une danse des couleurs sur les routes d'Algérie, et c'était à qui pouvait deviner la région d'origine de tel ou tel autre taxi à partir des couleurs arborées. Fermons cette parenthèse et revenons à notre sujet.

 

formica-ruca.jpg 

 

C'est en cette saison de fortes chaleurs qu'on la voit le plus. Si la fourmi rousse ( à ne pas confondre avec la fourmi rouge ) n'arrête pas d'aller et de venir, ce n'est pas pour se balader : Elle travaille. Elle déplace les matériaux dans son habitat, pour ne donner aucune chance aux champignons de pousser. Quand la chaleur atteint son apogée dans la journée, elle perce des ouvertures nouvelles pour assurer l'aération, et quand la température commence à baisser, elle les referme aussitôt. La fourmi rouge passe l'été à rapporter quantités de larves d'insectes nuisibles dans la fourmilière. C'est un régulateur naturel du nombre de parasites qui attaquent les arbres.  Une fourmi, quand elle est seule, est frêle et incapable de grand chose. Mais quand elle se trouve avec des milliers d'autres soeurs, ça change tout; elle devient capable de s'attaquer à des proies énormes.

Les fourmis rousses, comme l'abeille, vivent en société  dans des nids où tout est organisé et planifié. Elles ( comme toutes les autres fourmis ) sont très travailleuses, même si leur activité paraît se réduire lors des grandes chaleurs. Lorsqu'il fait beau, on les voit  ( les ouvrières ) partir, en suivant des routes qu'elles seules sont capables de voir, et monter aux cimes des arbres. En plus des insectes, elles se nourrissent aussi de graines de plantes et de fruits. Et si elles vont dans les arbres, ça a pour unique raison la recherche de "miellat" qui est une substances sucrée, dégagée par les pucerons. Une fois leur jabot rempli, elles retournent dans leur "maison" pour nourrir leur compagnes. Les fourmis rousses n'ont donc aucun intérêt à  bouffer du puceron. Par contre, elles tuent les chenilles de plusieurs insectes ravageurs comme la processionnaire, très connue dans le Djurdjura pour s'attaquer à certains conifères. Il n'est pas rare d'apercevoir des ouvrières se mettre à plusieurs pour traîner une grosse proie. D'ailleurs ce sont probablement elles qui ont dit un jour que l'union fait la force.

dossier-3-0971.JPG 

 

- Un lien pour tout savoir sur la fourmi rousse : link

Commenter cet article