Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le p'tit conseil naturel

Widgecolo tout sur le bio

Publié par Ali Birouni

Il est chimiste, spécialiste en qualité de l'eau, ami et parent en même temps. Il m'a laissé finir la série d'articles consacrés à l'eau dans le Djurdjura pour m'interpeller et donner sa vision sur le sujet, en ces termes:

1- Dans certaines régions de Kabylie, le seuil critique a bel et bien été atteint en matière de pollution de l'eau.
2- C'est bien beau de construire des stations d'épuration aux coûts faramineux et difficiles d'entretien, mais nous devons savoir que ces dernières ne sont pas une panacée au problème de pollution, loin s'en faut.  La question qu'on devrait se poser, se trouve en amont, c'est à dire de ce que nous faisons de nos eaux usées. Est-ce une solution que de les mettre en totalité dans les égouts?


bretagne hiver09 004

En effet, a-t-il ajouté, nous constatons que les eaux d'origines différentes  aboutissent toutes dans nos oueds et ruisseaux, traitées, quand elles le sont, de la même manière; qu'elles soient "noires", issues des toilettes, chargées en azote, phosphore, matières organiques et agents pathogènes fécaux, ou qu'elles soient "grises", issues des cuisines et douches et moins polluantes ( trois fois moins de matière organique, d'azote et pratiquement aucun résidu d'agents fécaux).

Ces deux eaux qui sont collectées par le réseau d'égouts, s'écoulent, dans le cas du Djurdjura, directement dans les rivières et s'en vont emplir les barrages. Quel serait le rôle mais surtout l'efficacité d'une station de traitement dans pareille situation? S'il est vrai que les dites stations retiennent plus ou moins la matière organique, en revanche, elles laissent passer une trop grande partie du phosphore, la totalité de l'azote ainsi que les polluants solubles et les agents pathogènes les plus fins comme les bactéries et autres virus. Et les cours d'eau, contrairement à ce qu'on dit, n'ont pas la capacité de purification naturelle qu'on leur prête - du moins sont-elles limitées- et ne peuvent par conséquent, que dilluer et déplacer plus loin les polluants.

Par contre, les sols ont une capacité de purification beaucoup plus importante que celle de l'eau. Donc, au lieu de conjecturer sur les meilleurs moyens de dépolluer les rivières que nous polluons nous-mêmes autour des villages Kabyles, évitons tout simplement de trop les contaminer.
Comment? En séparant les eaux que nous utilisons au quotidien par une adoption de toilettes, dites sèches (
link) qui constituent une véritable alternative au tout à l'égout. Rassurez-vous, il ne s'agit nullement d'un retour au moyen âge, mais le tout à l'égout, s'il offre une certaine commodité - il suffit de tirer la chasse d'eau et l'affaire est conclue- il est en tout cas dans nos villages et petites villes injustifié, et ne constitue aucunement une solution.

bretagne-hiver09-006.JPG
 

Voir aussi sur ce lien: http://www.eco-bio.info/ouaterre.html

Commenter cet article

Idir 09/01/2010 17:22



(Il ne restera dans l’oued que ses galets) Aujourd’hui même les cailloux ont disparu de nos rivières plus que polluées. A ces eaux usées,
s’ajoutent tous les déchets ménagers que la pluie emporte depuis les villages pour finir leur voyage au barrage de Oued Aïssi. Je me souviens très bien du temps dit "non moderne" des toilettes
sèches. A cette époque, je m’offrais les meilleures baignades dans notre rivière de Souk El Djemaa où je prenais un plaisir à taquiner les belles carpes et autres anguilles. A chaque fois que je
passe ou que je traverse cette rivière, j’ai mal et ces images (d’ailleurs) ne font que remuer le couteau dans la plaie. Excuse-moi mon ami, mais il n’y a plus rien à faire, le mal est
fait.



Saliha 07/01/2010 13:46


Bonsoir al
D'après ce que j'ai lu,les villages kayles polluaient moins avant que maitenant.Quand on partait jeune en kabylie,je me souvient que "les femmes"(cesont elles qui s'en chargeaient!)prenaient tous
les déchets (toilettes ou cuisine)et les jettaient loin dans une décharge pour surement être brulés.Question,est ce que la pollution était moindre que maintenant?.Amitiés et è bientôt.


mohal 07/01/2010 18:18


Bonsoir Saliha,
Oui, je crois que tu as raison de revenir un peu en arrière, car ce passé pas trop lointain est riche d'enseignements. Quant à ta question, m'est avis que oui, même si je ne suis qu'un profane et
non un spécialiste. Je pense que la nature se chargeait de recycler en les assimilant 80 % des déchets domestiques et périodiquement, on mettait le feu, comme tu le soulignes, à ce qui restait
comme les plastiques par exemple. Nous devons réinventer nos modes de vie, sauf que cette fois-ci, l'homme doit aussi s'y mettre et pas seulement les femmes. Merci pour tes nombreux coms et toutes
nos amitiés.