Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le p'tit conseil naturel

Widgecolo tout sur le bio

Publié par ADD

Tala Rana est un site touristique de montagne sans infrastructures. Lieu de pèlerinage des habitants du versant sud du Djurdjura, il est situé au pied du mont Tamgout. Baignant dans des légendes  peuplées d'êtres surnaturels, il ne diffère pas des autres montagnes du monde telles que les Pyrénées, les Alpes, Les Appalaches, L'Himalaya et les Rocheuses où les peuples autochtones ont érigé, depuis que le monde est monde, toute une mythologie et des rites sacrés qui, depuis l'avènement de la modernité, ont tout de même marqué le pas pour ne pas dire sont dissous dans un ensemble de nouvelles références uniformes. Ces croyances instaurées par les montagnards, autour de leurs montagnes, sont inspirées par la quiétude et le silence des sommets, ainsi que par les reliefs imposants, parfois impressionnants, mais toujours rassurants. Cette quête renouvelée de spiritualité n'est pas étrangère au fait que les hommes de ces contrées aient pu entretenir, durant plusieurs décades, des rapports privilégiés et équilibrés avec leur environnement. Aujourd'hui, avec un siècle de recul et d'instruction, nous toisons tout ça d'un oeil goguenard et paternaliste. Les multiples pressions subies par les peuples dits "primitifs" ont fait reculer et partir en lambeaux ces belles traditions, et des survivances, on en a fait des folklores tout juste bons pour l'attrait touristique.

Les villageois de M'Zarir et d'Ighil Hammad, villageois héros de la guerre de libération, n'ont pas été épargnés, eux non plus, puisque un monde nouveau, bâti sur la force et la violence destructrice, est venu mettre un frein brutal à leur pèlerinage annuel à Tala Rana. Des bandits de grands chemins avaient frappé d'interdit tout séjour dans la montagne pendant plusieurs années. 20 ans d'occupation du Djurdjura ont eu raison de la longue procession de femmes et d'hommes, s'en allant chaque fin de printemps, dans un mouvement synchronisé et tacite, exprimer leurs voeux les plus chers, grâce à une fente : "Taq nWadu"; une fenêtre métaphysique capable de transmettre des messages par-delà les frontières. Cette cohorte humaine inaugurait le pèlerinage le premier mercredi du mois de mai pour le reproduire, ensuite, tous les mercredis suivants, jusqu'à la 7ème semaine ( début de l'été). Un jeune homme, rencontré récemment sur les lieux, originaire de M'chedellah,  nous confiait son indicible douleur de n'avoir pu découvrir Tala Rana qu'en 2010! Mais cet empêchement lié à un cas de force majeur, a eu aussi pour conséquence la remise en cause de plusieurs projets, la disparition de maintes activités pastorales, économiques et sociales, et de traditions plusieurs fois millénaires. C'est à la reconstruction de cet ensemble que s'attellent aujourd'hui les habitants du coin qui, petit à petit, arriveront certainement à remettre les choses à leur place pour le bien-être de tous.

Tala Rana, c'est aussi la source d'eau du même nom, aux qualités minérales à nulle autre pareille et une dense forêt de feuillus, formée de chênes-lièges et de châtaigniers, à ... 1400 m d'altitude. C'est exceptionnel! Ce mariage de l'eau, de la terre et de l'arbre encourage le développement d'une faune très riche. C'est le deuxième site, avec le lac Goulmim, où l'on peut trouver la rainette verte en abondance. Selon certains connaisseurs, c'est aussi l'un des sites de prédilection qu'a choisi l'hyène rayée pour y élire domicile.     

 

djurdjura2012 385

 

 

 

Commenter cet article

Lassen 10/07/2016 10:42

Salut !
Juste quelques précisions:
1- Il ne s'agit pas du pèlerinage de Tala Rana, mais du pèlerinage de Tamgout , Tala rana n'étant qu'une halte sur le long et harassant chemin y menant.
2- Je ne sais pas pourquoi citer Ighil Hamad et Imesdurar ; je ne voudrais pas polémiquer , je dirais juste qu'il aurait été plus opportun de citer le village, sur le territoire duquel se trouve Tala Rana et Tamgout, à savoir Ivelvaren .
3- Le pélerinage de Tamgout est un lieu commun à tous les villages sis sur des deux versants de Tamgout ; leur seul lieu de rencontres et d'échanges.
4- L'article parle de bandits de grands chemins; il s'agit de terroristes.

ⵉⵎⴻⴷⴷⵓⴽⴰⵍ ⵏ ⵊⴻⵕⵊⴻⵕ 10/07/2016 12:44

Bonjour Lassen, Merci pour le commentaire et toutes les précisions, fort utiles, apportées à l'article. Personellement, je ne connaissais pas le village Ivelvaren avant aujourd'hui. Pour ce qui est des terroristes, c'était un glissement sémantique involontaire; nous confirmons qu'il s"agissait bel et bien d'eux et pas de bandits de grands chemins, appellation autrement plus honorable. Merci pour votre vigilance.