Demain est un autre jour.

Publié le par R. Ferradji

Chers amis,

Après 2 années de suspension de ce blog que nous pensions définitive parce que nous estimions que nous n'avions plus rien à dire qui n'ait été dit. Que les problématiques liées à l'environnement en général et à la protection de la nature dans le Djurdjura n'ont plus de secret pour personne. Ayant constaté que la situation ne faisait que se dégrader d'année en année malgré les efforts de diverses associations et d'acteurs de la défense de l'environnement qui n'ont de cesse de s'adonner à des actions d'explication et de vulgarisation des enjeux. Passé le choc du désastre humain, social et écologique en cours en Kabylie, nous vous annonçons avoir décidé de reprendre du service quelques temps, tant l'ampleur des chantiers qui nous attendent est un défi que Dame Nature, dont nous n'avons pas pris soin, nous jette à la figure. Un défi à relever tous ensemble. Chacun comme il peut. Nous mesurons le désarroi dans lequel se trouvent nos concitoyens durement et directement touchés. Dans leur regard nous lisons le désespoir et dans ce qu'ils disent le découragement. La tâche ne sera pas facile, nous le savons. Toutefois, rien n'est impossible si nous nous mettons tous ensemble, main dans la main, pour reconstruire, reboiser, éduquer nos enfants...etc sur d'autres bases, pour des lendemains meilleurs, en adéquation avec les temps présents. Nous devons tout refonder à  nouveau -à quelque chose malheur est bon-, à tous les niveaux. C'est pour cela qu'il ne servira à rien de se précipiter, qu'il faudra prendre le temps de la réflexion et de la concertation, de lancer ensuite des projets pilotes par-ci, par-là, d'en tirer les leçons, d'évaluer, de rectifier tout en continuant d'avancer. Ceci dit, les chantiers à lancer, pour les rendre efficients et pérennes, ne devraient  pas se suffire de considérations techniques comme la gestion des déchets, la gestion de l'eau, des forêts, de la construction et des énergies, quand bien même elles sont importantes. Il faudrait aussi réfléchir à inscrire notre développement en tenant compte de notre environnement géographique proche et lointain, à remodeler notre organisation politico-sociale et à investir le domaine culturel autrement que par des slogans. Nous avons suffisamment de compétences dans tous les domaines pour y parvenir. Pour notre part, nous nous contenterons d'apporter notre contribution dans le domaine du développement durable avec tout ce que cela implique. Nous avons des idées et des pistes à explorer, que nous partagerons avec vous le moment venu pour une Kabylie des siècles à venir. De ces ruines naîtront les villages de demain en osmose avec la nature et des quartiers éco-responsables où il fera bon vivre. Beaucoup de solutions sont déjà dans nos articles précédents, mis en ligne depuis 2009. Il vous suffira d'y retourner et d'y piocher. Seulement, sachez-le; nous ne pourrons rien entreprendre de sérieux tant que nous ne tirerons pas toutes les leçons de ce qui vient de nous arriver (nous y reviendrons). Nous ne pourrons rien bâtir de solide en partant d'un faux diagnostic. Nous devons avoir le courage de nous regarder dans les yeux et de nous dire toutes les vérités. Car c'est l'unique moyen d'exorciser nos erreurs pour ne plus jamais avoir à les reproduire. Il convient aussi de dire que vos contributions, pour peu qu'elles soient d'un intérêt général et dans le sens de notre engagement, seront les bienvenues.

Demain est un autre jour.
Demain est un autre jour.
Demain est un autre jour.
Demain est un autre jour.

Publié dans Communication, Action, Sinistres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article