Cas de sentier à aménager: la boucle d'Asfis.

Publié le par Ali Birouni.

chemin-de-randonnee.jpg

( ci-dessus une indication de l'itinéraire: en jaune, la tracé aller et en vert le sens du retour)

Afin de mettre fin à notre série d'articles sur les sentiers de randonnée dans le Djurdjura, nous vous parlerons aujourd'hui d'un cas possible et concret de sentier pédestre à aménager: celui de Taguemount-Talweht-Asfis-Tebbud-Taguemount dans la région du massif de Kouriet, que nous appellerons pour la circonstance " la boucle d'Asfis".

Pourquoi "la boucle d'Asfis"? Présentement, parce que c'est celui que nous connaissons le mieux, qui s'y prête le plus et qui est facilement aménageable.

En plus de l'aménagement des sentiers, il y a des investissements annexes à réaliser pour rendre le tout opérationnel. Il va de soi que la création d'un sentier de randonnée qui serait fréquenté par des centaines de touristes et de curieux, demande la réalisation d'infrastructures supplémentaires à moyen et long termes, auxquelles il faudrait réfléchir en amont:

 

  • Construction de toilettes publiques au moins à deux endroits du        parcours ( Asfis et Lbarj par exemple).
  • Aménagement d'un parking sécurisé (gardé) public ou privé.
  • Ouverture d'un point postal.
  • Un dispensaire fonctionnel où pourraient être prodigués les premiers soins.
  • Création d'un camping au minimum.
  • Création d'aires de jeux pour les enfants à des endroits ombragés.
  • Mise en place et organisation d'une hôtellerie ( plusieurs formules pourraient être envisagées).
  • Création d'un point d'accueil et d'information, carterie, souvenirs...
     

Pour mener à bien un tel projet qui nécessiterait des moyens humains, matériels et financiers importants; il faudrait l'implication des acteurs suivants, chacun dans son domaine de compétence:

a- Les
associations et comités de villages
b- Le P
arc National du Djurdjura
c- La commune et ses services techniques
d- La wilaya à travers ses directions de l'environnement, des forêts, du tourisme, de la   jeunesse et des sports, de la culture...
e- La communauté expatriée...


La gestion directe d'un sentier de randonnée ne peut être prise en charge que par les services municipaux et le parc national du Djurdjura qui en assureraient la publicité et qui, en contrepartie, pourraient prélever un droit de passage symbolique ou effectif qui leur permettrait de mener à bien leur mission d'accompagnement et de rendre possibles d'autres initiatives.

bretagne hiver09 022 

Infos supplémentaires sur la création et la gestion d'un sentier de randonnée: link